Luticiole : il était une fois les saveurs…

Quelle chance ! Marion Sciarli est revenue pour nous sur la genèse de la création de Luticiole, le petit génie du goût : bienvenue dans les coulisses du Conservatoire Luticiole et ses fabuleuses aventures à la découverte des saveurs …


Bonjour Marion ! Tout d’abord, comment t’es venue l’idée de Luticiole ?

J’ai grandi à Marseille et chez mes grands-parents il y avait une amphore. Mon grand père était marin et cet objet est lié au Port de Marseille autant qu’à mon enfance. Avec ma sœur nous avions inventé un habitant qui vivait au fond de cette amphore. Et nous avions expliqué à notre chat qu’il ne fallait pas s’approcher. Cet ami imaginaire et mystérieux c’est Luticiole.
 
 

Luticiole a le pouvoir d’adopter plusieurs apparences : peux-tu nous en dire plus ?

Une amphore sert à conserver des aliments, liquides ou solides. Dans l’écriture de la vie de ce personnage qui est désormais porteur de toutes les traditions humaines relatives à l’alimentation, sa présence dans ce contenant antique se justifie par une histoire fantastique et magique. Victime d’un sort il est devenu métamorphe et son aspect quand il est dans son amphore se modifie au fil de ses aventures. Pour redevenir humain il y a des conditions qu’il partage avec ses apprentis virtuoses du goût. Au cours des leçons il apparaîtra à des époques différentes et à des âges différents.
 
 

Au travers des leçons de son conservatoire, que va apprendre Luticiole aux enfants ?

Luticiole va transmettre ses connaissances à travers des expériences permettant de mesurer l’importance de nos sens, le rôle de notre corps dans l’acte de manger. Et ce que cette action qui peut sembler banale renferme pour nous, notre épanouissement autant que notre santé. Chaque jour, toute notre vie,nous mangeons. Et manger c’est d’abord goûter. Et pour savoir goûter, dans un premier temps, Luticiole va aider à explorer les cinq sens, comprendre les saveurs, mesurer les interaction avec l’environnement. Et tout ça, en famille, à la maison, avec les amis !
 
 

Merci 🙂

 


Marion Sciarli
Share